Historique

Pierre Thomas et sa lionne, 1962
Pierre Thomas et sa lionne, 1962

Depuis sa plus jeune enfance, Pierre Thomas avait la volonté de travailler avec les animaux. Lors de sa première rencontre avec un cirque, à Auray, il a sept ans. Il gardera le souvenir de l'odeur des cages, des grognements des fauves et des lumières de la piste. Souhaitant à son tour monter son propre numéro de dressage avec des ours, des lions et des moutons dans la même cage, il décroche la bourse de la Fondation de la Vocation en 1962. La même année, il épouse celle qui deviendra sa femme et le soutiendra dans tous ses projets, Maguy.

 

La maison de la famille Thomas au coeur du Zoo, 1975
La maison de la famille Thomas au coeur du Zoo, 1975

Il présente son numéro jamais vu jusque là en 1964 au Cirque Sabine Rancy. Le numéro est un succès. L'année suivante naît leur fille, Véronique. Il entame alors des présentations un peu partout dans la région, du cirque Rancy aux "Fusils du Palmero" à Guidel, qui devient petit à petit le "Zoo Pierre Thomas". L'ambition première qui était de créer un cirque change, et en 1973, le Zoo se déplace vers le lieu-dit Keruisseau, sur les rives du Scave, à Pont-Scorff.

 

Le parc zoologique de Pont-Scorff à ses débuts prenait place sur un terrain de six hectares. Il n’y avait à l’époque absolument rien à part des ronces et tout a dû être réalisé avec de très faibles moyens. Au début, le zoo s’est agrandi très lentement : il y avait des lions, ours à collier, des moutons et chèvres, une collection très réduite à la présentation.

 

La passion et la motivation sont toujours intactes malgré une vie très spartiate. Jusqu'au début des années 1980, Pierre Thomas parcourt la région avec son camion, s'arrêtant dans chaque école avec ses animaux afin de faire découvrir la faune exotique aux écoliers bretons. A partir de 1985, le Zoo commence à prendre de l'ampleur et de nouvelles installations plus poussées voient le jour : des projets plus ambitieux se dessinent...

Les enclos après la tempête, 1987
Les enclos après la tempête, 1987

Mais en 1987, un ouragan avec des vents dépassant les 200 km/h ravage la Bretagne dans la nuit du 15 au 16 octobre. Le zoo est alors détruit à plus de 80%. Une douzaine d’animaux s’échappe de leurs enclos, tous complètement désorientés et affolés. Ils seront tous récupérés sains et saufs dans les 24 heures, exceptée une panthère des neiges qui restera 12 jours dans la nature et qui fut finalement capturée dans une ferme à 2 km du parc.

 

L'avenir du Zoo est sérieusement compromis. Heureusement, un bel élan de solidarité et de générosité se développe de la part des habitants de la région Lorientaise et alentours, ce qui permet de reconstruire le parc dans sa quasi-totalité. Il rouvre l’année suivante.

Doutchka et Pamir, les premières panthères des neiges à naître en France dans les bras de Maguy Thomas, 1989
Doutchka et Pamir, les premières panthères des neiges à naître en France dans les bras de Maguy Thomas, 1989

Les premières panthères des neiges, Doutchka et Pamir, arrivent au Zoo de Pont-Scorff. en 1989. L'entreprise familiale devient la société Bretagne Zoo SARL, et le nombre de visiteurs augmente de 60%. En 1990, le parc double sa superficie qui passe de 6 ha à 12 ha avec la construction de la zone africaine et l’arrivée des girafes. A celles-ci s'ajoutent zèbres, autruches, rhinocéros, otaries... Les années suivantes verront la construction de nombreux bâtiments comme le reptilarium, les bassins des otaries et l'arrivée des éléphant d'Asie, ainsi que le premier spectacle d'Otaries de Patagonie.

L'an 2000 accueille de nombreux changements. Tout d'abord l'aménagement du bassin de vision sous-marine pour les oiseaux marins et la mise en place de leur spectacle. Se mettent également en place des actions de réinsertion, notamment "le Chalet" en partenariat avec l’A.I.P.S.H. (Association pour l’insertion professionnelle et sociale des handicapés). Cette structure accueille des personnes atteintes du syndrome d’Asperger, et permet, par le biais de divers ateliers dans le parc, d’insérer dans le monde du travail mais aussi dans la vie une quinzaine de jeunes autistes. Le parc accueille aussi depuis 2000 une équipe de jardiniers en réinsertion, avec l’association « Espoir Morbihan ».

 

C'est à cette époque que le Zoo commence à s'investir dans des actions de conservation in-situ et ex-situ, en s'impliquant par exemple dans des programmes d'étude et de conservation des espèces en danger (EEP), ou encore en finançant des actions de terrain au Niger ou au Botswana.

Ara jaune et bleu en plein vol, 2005
Ara jaune et bleu en plein vol, 2005

En 2003 est organisée la première soirée « Dreamnight at the Zoo » en France, qui se perpétue chaque année depuis cette date tous les premiers vendredis de juin. Le principe de cette soirée est d'offrir gratuitement l'accès au Zoo aux enfants malades ainsi qu'à leurs familles.

 

Le spectacle des mal-aimés, puis le spectacle des perroquets en vol libre font leur apparition. Une grande partie de l’ancien zoo est refaite, ainsi qu'un nouvel enclos pour les éléphants.

Tina, bébé Otarie de Patagonie née le 14 juillet 2013.
Tina, bébé Otarie de Patagonie née le 14 juillet 2013.

En 2010, la direction du parc est reprise par Véronique Thomas, la fille de Maguy et Pierre, aidée par son frère Olivier et toute leur équipe. Un nouveau souffle est donné à cet établissement qui devient l’une des plus importantes attractions touristiques du Morbihan. L'année suivante, un couple de lions blancs de Kruger arrive au Zoo et donne naissance à quatre petits mâles. 

 

De nombreux bâtiments, enclos et installations sont réaménagés. Un soin particulier est apporté aux enclos des éléphants puisque l'une des femelle est gestante. En 2012 a donc eu lieu la naissance du premier éléphanteau breton, la petite Arwen.

 

 

2013 a vu les naissances de 3 lionceaux blancs, une otarie de patagonie, deux élans du cap, un chat pêcheur, tamarins labiés, ouistitis, chats des sables et également de tout un groupe d'oiseaux composés d'aigrettes garzettes, de hérons garde-bœufs, hérons bihoreaux, hibou petit duc et bien d'autres encore...

Espace primate dans la partie haute du parc, 2013
Espace primate dans la partie haute du parc, 2013

 

Aujourd'hui, le Zoo continue de s'impliquer dans les actions d'organismes comme l'EAZA ou la WAZA, qui oeuvrent pour la protection des espèces en danger. Les nouveaux aménagements réalisés dans le Zoo sont nombreux : une grande volière pour aigles pêcheurs, la création d'un enclos extérieur pour les chats des sables, un nouvel espace pour les chats des marais, cigognes, ainsi que plusieurs espaces pour primates qui accueillent de nouveaux pensionnaires (mangabeys, cercopithèque et sakis).

 

Fin 2013, le parc accueille un Panda Roux nommé Ambù.  D'autres nouveautés et de nombreux aménagements sont à venir pour 2014...